Le concours, et après ? (la vérité sur les études à l’ifsi)

monkeys





Dans ce nouvel article vous apprendrez ce que tout futur étudiant infirmier devrait savoir sur le métier d’infirmier avant de commencer ses études, voir même avant de passer le concours… Je vous partage aussi mon expérience des stages et quelques réalités du terrain.

Je discutais récemment avec une collègue au sujet du métier d’infirmier et elle m’ a fait cette réflexion très pertinente : les jeunes qui veulent devenir infirmière ou infirmier savent rarement ce qu’est vraiment le métier.

Mais pourquoi les jeunes sont-ils aussi floués sur la vérité du métier d’infirmier aujourd’hui ? Une infirmière en maison de retraite me confiait récemment la lente dégradation des conditions d’exercice du métier qui devenait de plus en plus dur à exercer (voir la vidéo ici).

Vous êtes admis dans un IFSI ? Félicitation ! Mais…

Oui mais il y a un mais… Savez-vous vraiment ce qui vous attend durant les études ?

Les soins infirmiers sont passionnant en soi. Le métier est riche humainement, en technicité et en relationnel. Si vous avez peur de vous ennuyer cela ne vous arrivera pas. C’est effectivement un très beau métier où l’on aide les autres. On apprend de vraies compétences qui vous seront utiles toute votre vie. Mais il y a un mais…

Certains établissement gèrent parfois très mal leur argent et organisent les soins comme de vraies usines à gaz. Renseignez-vous bien avant d’entrer dans un IFSI. Pas forcément sur l’IFSI mais plutôt sur les hôpitaux et établissements de soin de la région dans lesquels vous allez faire vos futurs stages et éventuellement travailler plus tard.

Comment bien choisir son IFSI ?

  • Les coûts : choisissez une ville abordable pour votre budget. (Pour vous aider à bien choisir votre futur appart’ lisez mon autre article ici.)
  • Les lieux de stage : c’est le plus important ! Les hôpitaux dans lesquels vous allez faire vos futurs stages et (peut-être?) postuler après votre diplôme vont directement impacter votre formation et votre carrière future. Ce point est donc très important. Evidemment aucune école ne vous donnera d’information là-dessus. D’une manière générale pour bien choisir, orientez-vous vers les hôpitaux qui ont bonne réputation. Comment ? En contactant les anciens élèves, en demandant à des professionnels de santé ou bien carrément en se déplaçant sur place ou bien en demandant à un proche qui a séjourné dans l’établissement en question.
  • Les à côtés (sorties, loisirs, etc.) : 3 ans c’est long, assurez-vous que la ville dans laquelle vous allez étudier propose des loisirs sympas pour les étudiants. C’est plus fun non ? 🙂

Les 3 dangers du futur professionnel infirmier :

Danger n°1 : Les hiérarchies tyranniques

Pour avoir travaillé en tant qu’aide-soignant (durant mon année de coupure) j’ai par exemple dû refuser un job à cause des conditions de travail. Même en intérim je n’avais jamais vu ça ! Et c’était l’hôpital public… Je pense que c’est important de le dire, parce qu’on entend souvent tout et n’importe quoi sur les établissements privés et que les professionnels n’osent pas parler ouvertement de ce genre de problème.

Pour exemple le matin vous aviez 40 personnes à qui il fallait donner leur traitement (personnes valides mais à majorité démentes) un jour sur deux quand l’infirmière n’était pas présente pour les donner, vous aviez 20 toilettes à faire, et le midi il vous fallait préparer les repas et bien entendu tout débarrasser ET PUIS faire le ménage… tout en faisant votre boulot d’aide soignant: stimuler les personnes, réaliser des toilettes lourdes tout seul, une pause que personne ne prenait plus… Je devais remplacer une remplaçante qui partait au bout de 10 jours, qui elle remplaçait un arrêt maladie LOL !

Bon, vous m’accorderez que ce n’est pas partout comme ça et en un ans c’est le seul endroit où j’ai dû refuser de travailler. Les gens qui s’occupaient du recrutement ont tenté des techniques d’intimidation avec des menaces comme quoi ça ne serait pas la peine de venir postuler dans leur hôpital. Mais vous savez quoi ? Il ne faut pas se laisser faire par ce genre d’intimidation. Heureusement que tous les établissements ne fonctionnent pas de cette manière.

D’une manière générale n’hésitez pas à bouger plus tard pour vous faire une idée des établissements avant de signer un contrat quelconque. Gardez aussi à l’esprit qu’on a toujours légalement le droit à une période d’essai, contrairement à ce que certaines personnes voudront bien vous dire dans certains endroits 😉

Danger n°2 : Les professionnels négatifs

Vous rencontrerez parfois des professionnels qui vous dégoûteront du métier. Vous savez, ces professionnels qui se plaignent en permanence de leurs conditions de travail, qui disent que c’était mieux avant, qui ne vous encouragent pas à continuer dans cette voie parce que eux-mêmes sont dégoutté de leur métier…

Si vous les écoutez vous ne ferez jamais rien.

Je crois vraiment que si certains établissement ont à comme on dit « mauvaise réputation » c’est parce que les professionnels ont accepté de se faire rappeler sur leur congés en permanence, ont accepté des mauvais salaires ou des mauvaises conditions de travail…

Souvent, par paresse ou passivité, les gens préfèrent la facilité de se plaindre et de rejeter la faute sur leur employeur plutôt que de prendre la responsabilité de ce qui leur arrive.

Rappelez-vous que derrière toute organisation il y a toujours des gens et que ce sont ces gens qui font les organisations, qui sont responsables de l’ambiance générale. Mais si vous lisez ces lignes c’est que vous ne faites pas tout à fait partie de ces gens-là qui se plaignent tout le temps n’est-ce pas ? 😉

Danger n°3 : Les médecins « tout-puissants« 

houseCertains médecins se croient tout permis (oui c’est ce qu’il s’imagine) :

Entre les blagues sexistes (voir des comportements totalement misogynes) et ceux qui font tout simplement de l’anti-jeux en faisant leurs prescriptions dans leur coin sans rien dire à personne après avoir fait la visite ou qui changent la prescription qu’ils viennent de faire il y a une heure à la visite et qui ne vous disent rien. Il y a de quoi péter un plomb…

Certains médecins qui font subir aux autres leurs humeurs exécrables :

Autant je comprends qu’un chirurgien puisse avoir la pression dans son travail, autant un médecin de service je comprends moins. Vous prendrez l’habitude de passer par le standard quand vous appellerez un médecin car celui-ci sera enregistré et ne pourra pas vous sortir une excuse bidon pour vous laisser dans la merde avec un patient. Là aussi vous allez me dire : « mais c’est pas ce qu’on voit dans Grey’s Anatomy ou Dr House ? » Oui, mais ça c’est la vérité vraie.

Le travail à la chaîne: réalité ou mensonge ?

usine

Je vais sans doute briser quelques tabous sur le métier d’infirmier, mais en même temps c’est un peu le but de cet article : démystifier l’aura qui entoure la profession d’infirmière.

Oui une « aura » existe car les personnes qui se destinent à exercer cette profession font rarement ce métier pour l’argent.

Pour le commun des mortels infirmier-e c’est le « plus beau métier du monde« . Tellement que dans les lycées ni les profs ni les « conseillers » d’orientation ne vous parleront des vraies facettes du métier. Au mieux si vous faites un stage d’observation ou si vous connaissez quelqu’un qui est infirmier et qui peut vous parler de son métier ça vous aidera.

Dans certains établissements vous n’aurez que 5 minutes pour effectuer les soins. Certains endroits les infirmières ne font même plus les visites avec les médecins tellement elles sont débordées de travail. Ce n’est pas qu’il manque d’IDE, c’est qu’il manque d’argent. Et malheureusement sans argent les hôpitaux ne peuvent pas offrir de bonnes conditions de travail soyons clairs. C’est pour cette raison que de nombreux établissements publics aujourd’hui se font racheter à bas prix par des établissements privés. Ce qui est une bonne chose pour la qualité des soins de ces établissement quoi qu’on en dise, même si parfois cela passe par des licenciements.

Hey, il y a des trucs positifs au moins ?

Oui bien sûr ! La première chose qui est intéressante c’est que vous ne connaîtrez pas le chômage ! Sauf si vous persistez à vouloir bosser dans un service précis et que le secteur que vous convoitez est totalement bouché…

smileD’une manière générale il y a de la place pour tout le monde. Vous pouvez aussi vous spécialiser, changer d’activité, devenir prof, cadre, formateur, etc. Les possibilités sont vraiment nombreuses.

Après il y a les petites satisfactions du quotidien : le sourire d’un patient, les remerciements d’une famille. La satisfaction d’avoir été utile dans sa journée. Le fait de pouvoir toujours apprendre dans votre activité. Le travail d’équipe efficace, l’entraide. 🙂

Et les études ?

La formation infirmière axe le contenu de sa formation sur la réflexivité, l’autonomie et le socio-constructivisme (le fait d’apprendre tout seul par la mise en situation et l’auto-analyse).

Ceci fera de vous un expert en analyse des relations que cela soit au sein d’une équipe ou auprès des patients. On vous apprendra vraiment à apprendre en vous faisant suivre l’adage :

« Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine »

Ce qu’il faut bien savoir avant de faire ces études

Tout d’abord, que tout le monde y arrive si on est bosseur. Ca c’est déjà positif.

  • Que vous devrez obligatoirement savoir vous remettre en question. Vous apprendrez à faire des analyses de pratiques, décortiquer chaque soin, faire les liens entre ce que vous faites, pourquoi vous le faites et la partie médicale, etc. Ca veut dire que vous allez avoir un gros apprentissage sur vous-mêmes et vos cours (accessoirement) 🙂
  • Que vous devrez parfois savoir lâcher prise sur votre formation ou des situation en stage parfois difficiles.
  • Enfin que vous allez côtoyer la misère humaine. Autrement dit vous allez beaucoup apprendre sur vous et surtout les autres 🙂

Pourquoi j’ai voulu faire ces études ?

Quand je balayais la terrasse d’un fast food aux couleurs rouge je me suis dit que je ferais tout pour apprendre un métier qui me permette d’avancer et d’évoluer professionnellement. Je n’ai rien contre les petits job (j’en ai fais plus d’une dizaine avant de passer le concours) mais je voulais vraiment évoluer, qui plus est dans le domaine de la santé.

Je dirais que dans ce métier vous apprenez à donner de vous-mêmes sans compter (ou presque) Vous avez vraiment une utilité sociale auprès des gens, une fonction utile à notre société.

J’avais aussi envie à cette époque d’apprendre un métier qui me permette de voyager, de bouger et non de rester scotché à un boulot au même endroit pendant 20 ans…

Il vous faut vraiment être au clair sur toutes ces choses merveilleuses qui vous attend une fois votre concours en poche. Car vous allez APPRENDRE beaucoup.

En attendant la rentrée, j’espère que vous profitez à fond du soleil et de vos vacances si vous en avez 😉  

N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez des conditions d’exercice du métier d’IDE et si vous êtes d’accord ou non avec les points évoqués ci-dessus 🙂

A très bientôt,

Benoit

livrefindarticle

CONCOURS IFSI : Cliquez sur l’image pour lire le livre que j’ai écris et dans lequel j’explique comment j’ai réussi mon concours (méthodes, organisation, techniques d’oral, etc.) en me classant 17ème sur 604 candidats sur liste principale !

Vous avez aimé cet article ?
Études d'infirmière: Prenez le test !
Téléchargez gratuitement ce petit quiz pour savoir si vous êtes fait pour les études d'infirmière
Évaluez cet article
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars6 Stars7 Stars8 Stars9 Stars10 Stars (4 votes)
Note: 9,00 / 10
Loading...

Soyez le premier à commenter sur "Le concours, et après ? (la vérité sur les études à l’ifsi)"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendu publique.


*