Trading de soignants et grand remplacement : en avez-vous entendu parler au Journal Télévisé ?

« Notre pays, notre nation a été bâtie par deux institutions, l’Etat et la langue. Une langue dont l’épicentre aujourd’hui n’est plus sur ces rives de la Seine mais sans doute bien davantage vers le bassin du fleuve Congo »

Emmanuel Macron mardi 28 septembre 2021.

C’est une manière de voir les choses. En attendant il ne faut pas oublier que l’Afrique s’est développée historiquement par le biais de la colonisation. Et que donc le français enseigné dans les écoles est une langue issue de la France et non des pays Africains.

Un grand remplacement dont ils ne se cachent même plus

On pourrait croire qu’il s’agit de remplacer une certaine population jugée trop éduquée, trop indésirable, surtout lorsque l’on voit les chiffres des citoyens qui se déplacent pour voter à chaque élection. Mais à la limite on peut comprendre cette idéologie issue de l’héritage colonialiste et des aubaines qu’ont représenté les multiples déportations dans l’Histoire où, sous prétexte de « sauver » une certaine catégorie de population persécutée, comme sous le régime de Franco, on effectue de simples opérations de trading qui, au final arrange tout le monde, sauf celles et ceux qui sont tradés sur l’autel de l’échiquier politique. Et d’expliquer à grand force de démagogie que la langue française n’a rien de français… Décidément, on aura tout entendu…

L’Europe du « quoi qu’il en coûte »…

On le sait l’Histoire se construit de mouvements de populations, de régimes tyranniques, et d’autres horreurs dont on est autorisé de parler qu’à postériori. Un fois que le pays s’est libéré de l’occupant, comme sous le régime de l’Allemagne nazi par exemple. Point n’en faudra pour les médiocres détenteurs de la « vérité vraie » de sauter sur cet article pour crier à l’extrémisme et au complotisme. Considérons qu’ils sont encore chanceux de vivre dans un état de droit où les citoyens, malgré la décrépitude et la corruption tous azimut de leurs institutions, n’ont pas encore cédés aux sirènes révolutionnaires qui ont coûté la vie à un certain Louis XIV.

L’hôpital, contrairement à l’idéologie très autorisée dans les université n’est pas né de le charité. Il est né des religions et donc de la royauté. Donc il n’étonnera personne d’avoir vu cette image du Pape arpantant les rues italiennes au comble de la terreur du régime sanitaire imposé. Le Vatican, détenteur des plus gros fonds spéculatifs mondiaux, n’a pas réussi à user de l’occasion pour se créer une vertu de la réserve et de l’humilité. Il a fallu donner un grand spectable pour faire trembler les chaumières face au terrible virus du Pangolin, ou d’une arme bactériologique ?

Cette europe méprisante qui a créé des générations d’américains qui ont fuit par le passé sa débilité profonde, n’a pas beaucoup changé depuis l’époque de la révolution. On lèche, on lâche et on lynche les pauvres travailleurs qu’on n’hésite pas à priver de travail si ils osent réfléchir par eux-mêmes et dénoncer la manipulation à l’oeuvre dans le domaine de la science et de la santé. Surtout si ils sont diplômés. Surtout si ils sont soignants.

Alors que certains pays n’ont pas rendu la vaccination au covid-19 obligatoire, la France a donc contraint nombre de ses soignants à démissionner… dans l’indifférence générale, comme durant une certaine époque où les idiots utiles continuaient de laisser l’ennemi dicter ses lois sur le sol d’un peuple vendu à un pays devenu fou de l’autre côté du Rhin… La France, pays championne des dons de leçons, qui compte à son palmarès aujourd’hui un ancien président décoré de la médaille « bracelet électronique » en guise de prison pour 1 an…

Après avoir fait sauter le Liban et son système financier où les travailleurs se sont retrouvé avec un salaire moyen de 150$ par mois à se nourrir à la soupe populaire, voilà que la France avec l’aide d’entreprises privées a recrutée des centaines de soignants libanais pour « remplacer » les mauvais soignants français jugés « indésirables ». Vous savez, celles et ceux qui ont refusé le vaccin expérimental contre la covid-19… après avoir été ridiculisés par leur ministère en se couvrant de sac poubelle, sans masque et sans médicaments pour aller « au front », chaque lendemain de décompte funêbre du nombre de contaminés. Tout ceci avec l’argent des impôts et celui de la dette publique bien entendu…

L’Europe avance donc, quoi qu’il en coûte. Il est devenu inutile d’aller voter ni même de payer des taxes, car à quoi bon payer des taxes si c’est pour être jeté en prison pour des opinions politiques ?

Le soin réduit à une simple variable d’ajustement économique…

L’Europe a commencé à trader des marchandises. Aujourd’hui elle trade des personnes, dans l’indifférence la plus totale. Demain, ce sera la France qui sera bradée comme la Liban a eu son lot de difficultés.

Le règne de la Terreur…

…sous couvert de guerre bactériologique

Une guerre c’est très pratique. Ça permet de remettre les comptes à zéros pour ce qui est des dettes publiques. Ça permet aussi de réorganiser le monde plus rapidement que si on était passé par la case « débat démocratique ».

Bref, si vous croyez encore que enfermer 60 millions de personnes à demeure avec un couvre-feux en interdisant des médecins de prescrire librement avec pour seule source d’information le décompte des « contaminés » au journal télévisé est une affaire de santé publique, c’est que vraiment le Pangolin a bien fait son travail.

Cet article doit vous faire réfléchir sur votre capacité d’analyse et de compréhension. Êtes-vous prêt à perdre votre travail car vous n’obéissez pas à l’idéologie politique ? Êtes-vous prêt à accepter le nouveau dogme sanitaire du « vivre à tout prix« , quitte à stigmatiser le malade ? Car ne vous trompez pas, vous comme moi êtes aujourd’hui un suspect de haut vol : vous pouvez porter des germes qui seront responsables de la mort de votre prochain. Vous êtes le suspect numéro un. Le problème n’est pas le virus, le problème c’est vous dans toute votre singularité et votre liberté. Vous ne devez pas choisir, vous ne devez pas réfléchir, vous devez travailler, obéir et dénoncer les suspects comme vous, qui menaceraient l’ordre établit.

Vers une nouvelle société communiste du crédit social sanitaire ?

L’intelligence artificielle, la conquête de l’Espace, l’accès à l’information en temps réel et les modes de transports rapides nous projettent dans un autre type de société. Le danger est de rester sur les vieux schémas d’avant.

Les nouveaux progrès techniques face à l’explosion démographique mondiale et la raréfaction de certaines ressources terrestres montre qu’au niveau politique nous avons atteint un point de rupture. Il n’est donc plus possible de vivre « comme avant ».

Si demain il vous faudra 10 minutes pour relier Paris à New York via un Hyperloop, vous aurez automatiquement la problématique de la circulation des virus. Les politiques doivent donc s’occuper de ces problèmes.

La difficulté réside donc dans la capacité à accepter le changement. Plus vous serez flexibles et vous vous adapterez, plus vous profiterez des opportunités du nouveau monde qui est en train de se mettre en place. L’autre difficulté est d’avoir des organisations éthiques : entreprises privées, institutions, etc. C’est un point crucial sinon les mêmes causes engendreront les mêmes résultats.

Enfin, tant que ces problématiques ne seront pas réglées autrement qu’avec des moyens coercitifs, nous seront exposés aux dangers de l’extrémisme, des mouvements sectaires et de la non coopération sous toutes leurs formes, y compris des dictatures. Le Pass sanitaire en étant un exemple symptomatique (sans mauvais jeu de mots).

Il est donc important que chacun puisse remettre en question le statut quo et que nous arrêtons de remettre notre santé et notre science dans les mains du système politique. La science indépendante devrait pouvoir guider la politique et non l’inverse, et surtout pas le capitalisme de connivence, très à la mode en temps de crise.

Évaluez cet article
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars6 Stars7 Stars8 Stars9 Stars10 Stars
(0 votes)
Loading...
[ois skin="4"]

Soyez le premier à commenter sur "Trading de soignants et grand remplacement : en avez-vous entendu parler au Journal Télévisé ?"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendu publique.


*