Etudiants en soins infirmiers : que faire quand un stage tourne mal

Lorsque j’étais étudiant infirmier en stage j’ai failli arrêter. Une fois. Heureusement je n’ai pas baissé les bras. Aujourd’hui je suis bien content d’avoir tracé ma route et d’avoir laissé ces petit.es chef(fe)s avec leurs « certitudes »…

Tout étudiant infirmier a un jour connu une situation de harcèlement

L’entre-soi, les certitudes, la lassitude d’un travail dénué de sens font que chaque année de nombreux professionnels basculent du côté obscur de la force.

Ils deviennent bourreau, harceleur, ou abusent de leur position de supériorité vis à vis des étudiants.

Or d’un point de vu législatif, l’étudiant infirmier exerce la profession d’infirmier. Il est donc responsable lui-même des actes qu’il fait ou omet devant la loi. Même s’il existe une notion de responsabilité partagée, l’étudiant devrait être traité tel un collègue et non avec condescendance.

Ce qui est important c’est de :

  1. ne jamais se taire face à une situation de harcèlement
  2. trouver tous les moyens pour sortir de cette situation

Parfois il est impossible de sortir du problème

Vous avez alors 2 solutions

La première est d’abandonner…

Et parfois… c’est ce qu’il y a de mieux à faire : lâcher prise.

En effet, dans certaines régions isolées de France il est difficile de trouver du soutien. Et il faut également savoir qu’à tous les échelons, les cadres et supérieurs subissent eux aussi des pressions et des situations parfois de harcèlement. Donc ce ne sont certainement pas eux qui vous aideront…

Oui, parfois, il faut savoir arrêter d’être masochiste. On ne vit pas pour un travail ni pour vivre un calvaire.

Dans ce cas se faire aider peut s’avérer utile. Tout le monde n’en a pas besoin. Mais ça aide.

La deuxième solution c’est l’attaque !

Des lois existes. Des syndicats étudiants et professionnels aussi. Bref, du monde existe autour de vous qui peuvent devenir vos ressources en cas de conflit.

J’ai le souvenir d’un ancien camarade de promotion qui, parce qu’il était de culture étrangère et qu’il avait une certaine façon à lui d’apprendre, a subi beaucoup de discrimination sur ses lieux de stage. Il a par la suite porté plainte et il a eu gain de cause.

Sans aller jusque là. Vous devez vous préoccuper de votre situation personnelle. Vous devez vous faire respecter. Personne ne doit vous marcher dessus.

Ce tabou dont personne ne veut s’occuper…

Il existe un tabou dans les hôpitaux et la santé de manière générale.

Il existe tellement de situations de harcèlement qu’on peut dire qu’on le retrouve pratiquement partout. Et que le seul moyen de s’en prémunir est d’apprendre à s’en protéger soi-même.

La harcèlement peut être la conséquence de la violence institutionnelle elle-même

Lorsque vous n’avez pas les moyens de travailler, que vous êtes mal payé, que vous subissez des insultes de la part de certains patients, et que vous devez remplacer des collègues en arrêt maladie… s’occuper d’un stagiaire peut vite devenir problématique, surtout si vous avez votre vie perso à côté de votre « travail »…

Bref, le harcèlement est un vrai tabou. Mais il ne doit pas être tu. Vous devez réagir si vous vous trouvez dans cette situation aujourd’hui.

Le harcèlement est aussi souvent le signe d’un mal être

Les infirmières et les infirmiers travaillent avec des humains. Et elles voient autant de bonnes choses que de mauvaises choses

Si vous cherchez des solutions, vous remarquerez que beaucoup s’apitoient sur la situation sans chercher vraiment une solution.

Personnellement ma vie ce n’est pas mon travail. Je ne suis pas une blouse blanche. Je suis une personne. Et je choisi au quotidien d’exercer le métier d’infirmier et sinon j’arrête et je fais autre chose.

Lorsque j’étais à l’IFSI également. Je choisissais de venir en stage et en cours pour apprendre. J’ai toujours appris quelque chose, même auprès de ceux pour qui le métier les intéressaient moins que d’aider, de transmettre ou préféraient abuser de leur situation de « diplômé ».

30% des jeunes diplô­més aban­don­nent la pro­fes­sion infir­miè­res dans les 5 ans qui sui­vent le diplôme

C’est pourquoi j’ai créé le premier tutorat en France qui aide les étudiants à traverser les difficultés et blocages qu’ils peuvent rencontrer. Que ce soit dans les études comme dans leurs stages. Et souvent les stages sont difficiles.

Retenez toujours ce vieux dicton :

Soit je réussi, soit j’apprends.

Vous ne pouvez pas échouer. Au pire, c’est que vous êtes avec les mauvaises personnes. Et si vous devez vraiment abandonner, la vie ne s’arrête pas à un métier. Ne faites pas cette erreur de confondre votre vie avec votre activité professionnelle.

N’hésitez pas à partager cet article à quelqu’un qui aurait besoin 😉

Évaluez cet article
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars6 Stars7 Stars8 Stars9 Stars10 Stars
(0 votes)
Loading...
[ois skin="4"]

Soyez le premier à commenter sur "Etudiants en soins infirmiers : que faire quand un stage tourne mal"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendu publique.


*