LES RAPAT’ DE TOM – UNE DRÔLE DE FIN DE VACANCE

  ÉPISODE04: UNE DRÔLE DE FIN DE VACANCE

San Sebastian

Les rapatriements ne sont pas toujours une partie de plaisir, j’ai pu le voir en allant à Berlin, mais aujourd’hui c’est une histoire différente…
Je dois aller chercher une patiente à San Sebastian, et la ramener à Saint jean de luz, jusque là, rien de bien compliqué, il n’y a qu’une quarantaine de kilomètres. Seul petit bémol, on me dit que ma patiente est dans le coma, suite à un accident de voiture suite auquel il n’y a que ses multiples fractures qui se sont remises…

Elle a une trachéotomie, ce qui implique qu’il faut que je surveille qu’elle respire bien et que je l’aspire si nécessaire. Ceci étant dans mes cordes, je pars pour San Sebastian.

Arrivé là-bas, je rencontre une première difficulté avec les infirmières espagnoles. Je ne sais pas pourquoi mais ce jour là nous avons du mal à nous comprendre. Les succinctes présentations faites, on m’emmène voir la patiente. Et là surprise. Cette dame qui était censée être dans le coma est en fait bien réveillée. Seul petit problème, elle n’a pas l’air d’être vraiment consciente de ce qui se passe autour d’elle, ni de qui sont tous ces gens en blouse blanche qui sont dans la chambre. Je m’avance vers elle et me présente :

« Bonjour madame »
Pas de réponse.
« Je m’appelle Thomas, je suis l’infirmier qui va vous accompagner jusqu’à Saint Jean de Luz. »
Toujours pas de réponse.

Arrive le médecin qui m’explique ( en anglais cette fois ci ) qu’elle ne parle pas depuis qu’elle est réveillée. Les dommages qu’elle a subi au cerveau ont l’air d’être assez graves et personne ne sait si elle récupèrera un jour. Pour résumer, cette dame a eu un accident de voiture, elle s’est cassé un peu plus de la moitié des os de ses membres ainsi que le bassin, et se réveille trois mois après sans pouvoir parler, en outre elle n’a pas l’air d’être vraiment consciente du monde qui l’entoure, ni même de le comprendre. Les yeux dans le vague, elle regarde tout le monde en esquissant des sourires timides aux gens qui l’entourent.

Nous l’installons dans l’ambulance et démarrons.

J’essaye plusieurs fois de lui parler, et toujours aucune réponse. Elle me regarde et je ne sais pas si elle me comprend. Les quarante kilomètres qui séparent San Sebastian de Saint Jean de Luz me semblent terriblement longs. La patiente va très bien physiquement parlant, tout du moins elle va du mieux qu’elle peut, étant donné qu’elle ne peut bouger aucun de ses membres, ni se lever, ni parler, mais elle respire, sa tension et son pouls sont bons, et elle est consciente. Je ne pense pas la voir faire autre chose.

Je me dis que la vie ne tient pas à grand chose. Tu es en train de conduire tranquillement, rentrant de tes vacances en Espagne, tu t’arrêtes au péage et d’un coup, bam! Tu te réveilles trois mois plus tard sans être capable de faire autre chose que de vivre ( au sens basal du terme ). Tu ne parles plus, ne bouges plus, tu as un tuyau pour pouvoir respirer, tu ne peux plus manger, boire, toucher… C’est simplement atroce.
Les RAPAT’ DE TOM sont des récits d’aventure de rapatriement sanitaire. Tom, infirmier urgentiste, nous livre son expérience des missions sanitaires. Ce sont des histoires vraies qu’il nous partage. Pour retrouver ces « Chroniques au bord du Rapatriement Sanitaire » sur Amazon (format Kindle, 62 pages) et embarquer dans l’univers du soin, cliquez ici 😉
Copyright © Les Rapat’ de Tom 2014 tous droits réservés. Reproduction interdite. 
Crédit photographique: http://www.sansebastianturismo.com/fr/que-faire/allons-a-la-plage avec l’aimable autorisation de San Sebastian Turismo-Donostia Turismoa, S.A

 

Vous avez aimé cet article ?
Études d'infirmière: Prenez le test !
Téléchargez gratuitement ce petit quiz pour savoir si vous êtes fait pour les études d'infirmière
Évaluez cet article
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars6 Stars7 Stars8 Stars9 Stars10 Stars (1 votes)
Note: 10,00 / 10
Loading...

Soyez le premier à commenter sur "LES RAPAT’ DE TOM – UNE DRÔLE DE FIN DE VACANCE"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas rendu publique.


*